Skip to content

Redadeg : La course qui rassemble toujours plus de bretons

Arrivée de la redadeg 2018 à Plouguerneau. crédits photo : Bernard Cambay, FR3 Breizh

La redadeg court toujours plus loin et plus fort pour le breton. Cette course en relai solidaire est organisée tous les deux ans pour soutenir les associations en langues bretonnes. Après une annulation en 2020, elle partira bien ce vendredi de Carhaix-Plouguer.

« 10 000 coureurs en 2018... donc 20 000 en 2021 » voilà le défi que lance l'équipe de la redadeg à son public. Après 13 ans de croissance constante et une annulation l'an passé, l'organisation espère un retour triomphal. L'objectif de cette course en relai est simple : jour comme nuit, passer le bâton témoin de main en main pour transmettre d’un bout à l’autre de la région un message écrit en breton et porteur d’espoir pour le développement de la langue. Pour avoir la chance de tenir le témoin, les coureurs doivent acheter leur kilomètre en amont. Les fonds récoltés sont ensuite reversés aux associations en langue bretonne.

Ce vendredi 21 mai au soir, la redadeg partira de Carhaix-Plouguer pour arriver à Guingamp après 2020 kilomètres. La course n’aura pas son air de fête habituel, les rassemblements étant interdits à l’exception de la manifestation déclarée pour son arrivée. Malgré tout, la musique résonnera dans le camion de tête pour motiver les coureurs, comme pour chaque édition.

La redadeg est née en 2008 à l’occasion des 30 ans des écoles Diwan (écoles en immersion en langue bretonne). Le concept est inspiré de la Korrika, course basque créé en 1980, qui a vite conquis les autres langues minorisées. Rith, Ras, Correllengua, Correlingua... Autant de courses visant à soutenir ces langues et assurer la pérennité des associations qui en font la promotion.

Chaque année, la redadeg reverse des fonds essentiels pour le fonctionnement des associations, notamment pour les écoles Diwan qui, du fait de leur statut associatif, ont besoin de stabilité. D’autres associations et initiatives bénéficient aussi des financements : chaque nouvelle édition est l’occasion d’aider des organismes divers grâce à un appel à projets. Les montants accordés dépendent du nombre de kilomètres vendus en amont de la course.

L’édition 2018 a notamment permis la création de Radio Naoned la première radio en breton à Nantes. « Sans la redadeg nous n’aurions jamais pu lancer la radio si rapidement et facilement », explique Melaine Looten, coordinateur de la radio. Derrière son aspect symbolique, la course devient au fil des éditions un maillon essentiel du développement de l'écosystème associatif bretonnant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Return to Top ▲Return to Top ▲