Skip to content

Apprentissage du breton : Roudour sereine pour la rentrée 2021

Apprentissage du breton : Roudour sereine pour la rentrée 2021

Monna Roudaut formatrice à Carhaix et ses élèves en cours d'apprentissage. (image : Roudour, Carhaix)

Malgré une année pleine d'incertitudes, la société d'apprentissage du breton Roudour affiche sa sérénité pour la rentrée. Avec plus de cours en présentiel et un nouveau public, elle aborde avec quiétude les stages à venir. Une réunion aura lieu jeudi 20 mai à l'Espace Sainte-Anne de Lannion pour présenter le déroulement de la prochaine saison.

Adaptation, solidarité et sérénité. Ce sont les mots d’ordre du groupe d’élèves et d’encadrants participant à la formation de breton Roudour pendant la crise sanitaire. La SCOP (société coopérative et participative) d'apprentissage intensif présente son programme demain lors d'une réunion qui arrive après une année 2020, qui n'a pas été de tout repos. Ces stages se déroulent habituellement à partir de septembre pour une durée de 6 à 9 mois et réunissent une cinquantaine de personnes. Néanmoins, ils ont eu beaucoup de mal à recruter : “L’année 2020 nous avons perdu 20% d’inscrits” souligne Sedrig Laur, gérant de la société.

L’année 2020 nous avons perdu 20% d’inscrits

Alternant période de présentiel et de distanciel, le personnel a constaté le décrochage de certain.es élèves et a préféré reprendre au maximum les cours dans les locaux de Roudour. Mais apprendre une langue en présentiel avec un masque et la distanciation sociale n’est pas simple non plus : Le port du masque rendait l’apprentissage moins confortable, notamment pour les expressions du visage.” poursuit Sedrig Laur. Pour cette saison, les enseignant.es ont choisi de privilégier un calendrier spécifique en conservant un emploi du temps hybride déjà fixé depuis deux ans : “Les semaines sont faites de quatre jours de présentiel et un jour de distanciel” précise Sedrig Laur.

 “Les semaines sont faites de quatre jours de présentiel et un jour de distanciel

Ce fonctionnement doit permettre aux élèves d’avoir un suivi plus personnalisé et une plus grande autonomie. “Ce système permet à chacun d’avancer à son rythme” affirme le gérant. Un mode d’apprentissage qui correspond aux participants du programme, pour la plupart dans la vie active avec des enfants. Mais aussi un système qui a permis à la société d'appréhender sereinement la crise du covid, le  distanciel était déjà instauré. 

Les formations intensives proposées par Roudour. utilisent des méthodes pédagogiques ludiques pour apprendre : ici, un groupe d'étudiants a imaginé un "Jacques a dit" pour réviser les formes verbales. Monna Roudaut (à gauche), formateur à Carhaix, se prête au jeu. (image : Roudour Carhaix)

Un nouveau succès 

Si le public visé par ces stages intensifs était composé d'étudiant.es souhaitant apporter une plus-value à leur cursus, de professionnels en reconversion, ainsi que de professeurs, la crise sanitaire a fait apparaître de nouveaux-venus, de quoi rassurer les encadrant.es. En effet, nombreux sont les inscrits originaires de région parisienne, venus se confiner en Bretagne. Ils ont profité de l’occasion pour démarrer un apprentissage du breton. Sedrig Laur constate également l’arrivée de plusieurs instituteur.trices monolingues originaires d’autres régions de France, souhaitant à l’avenir être muté.es en Bretagne.

Une arrivée massive dans les groupes d’apprentissage qui, selon lui, traduit la grande attractivité du territoire mais aussi la forte demande de la région. En effet, il existe de plus en plus de postes à pourvoir nécessitant la maîtrise du breton partout au sein de la Bretagne. 

Pour plus d’informations, une réunion se tient jeudi 20 mai à 10h, 2 rue Kerampont, à l’Espace Saint-Anne de Lannion. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Return to Top ▲Return to Top ▲