Skip to content

Malgré les difficultés des commerces à survivre aux confinements successifs, le centre-ville de Lannion voit se créer depuis plus d’un an de nouvelles boutiques. Philippe Auriou a ouvert 7 commerces afin de redynamiser le centre-ville, et ne compte pas s’arrêter là.

Des boutiques de mode et de chaussures fleurissent dans le centre ville de Lannion. Ouvertes l’année dernière, en pleine crise sanitaire, ces nouveaux commerces font face à des défis particuliers. Philippe Auriou a ouvert 7 boutiques en centre-ville de Lannion depuis un an : Les deux font la paire, IKKS, Sélection, Les chaussures, Sélection Bis, Sinequanone et Du pareil au même. Les restrictions sanitaires n’entament pas la détermination du chef d'entreprise, qui compte ouvrir une huitième boutique.

Une stratégie commerciale

Il compte sur un nouveau dynamisme du centre ville, insufflé grâce à l’ouverture des boutiques et une volonté commune entre les commerçants. Selon lui, il est primordial de proposer une offre diversifiée à Lannion et de recréer l’attraction autour du centre ville. Cette offre permettra d’attirer une clientèle plus large, qui trouvera son bonheur parmi les commerces lannionais. La plupart de ses boutiques sont des franchises et ont été ouvertes l’année dernière, en pleine crise sanitaire.

Cet investissement du centre-ville par le chef d'entreprise contre la fuite des commerces vers les zones commerciales. Alors que les centre-villes perdent en activité, celui de Lannion est la cible des grandes marques.

 C’est assez paradoxal sur Lannion, car lorsqu’on fait appel à une marque, 9 fois sur 10 elle est intéressée.

Philippe Auriou explique que lorsque la ville n'attirait plus, c'est car elle était vide. Aux yeux du commerçant, Lannion possède de nombreux atouts : le charme du centre-ville, et une forte demande de commerces de proximité par les habitants.

Des difficultés mais de l’optimisme

Philippe Auriou parie sur ce nouvel élan du centre ville pour se relever économiquement des confinements. Le click and collect n’a pas bien fonctionné pour ses boutiques. Pour ce chef d'entreprise, la clientèle est attachée au contact, incompatible avec ce système virtuel. Fidéliser une clientèle est un enjeu de taille pour les commerces récemment ouverts.

Ces créations de boutiques représentent un investissement important, qui se heurte aux restrictions sanitaires actuelles. Cette chute du chiffre d'affaire l'empêche aujourd'hui des soldes, témoigne t-il. Les collections (de vêtements ou de chaussures) coûtent chères, et ses magasins gardent des charges à payer.

Durant la fermeture de ses commerces, il n’a pas utilisé les réseaux sociaux. Cette rupture avec sa clientèle est difficile, et il espère la retrouver rapidement à la réouverture.

Ces périodes de confinements nous ont fait un peu tomber dans l'oubli, c’est très dur

Les petits commerces locaux sont mis de côté dans cette période selon lui, et il témoigne d’une incompréhension vis à vis de certaines décisions gouvernementales. Philippe Auriou explique pouvoir mettre en place des jauges de clients et autres dispositifs sanitaires facilement, a contrario des grands magasins.

Malgré ces difficultés, le commerçant reste optimiste et prévoit même d'ouvrir une huitième boutique dans le centre ville. Une franchise Benetton, la marque de vêtements italienne, sera la prochaine étape de sa conquête.

Return to Top ▲Return to Top ▲