Skip to content

Hier, les bars étaient dans les starting-blocks pour accueillir de nouveau la clientèle. Maxime Michel, barman du Bistronome à Lannion, a vécu une « reprise sportive ».

A vos marques, prêts, buvez ! Hier soir, comme partout en France les terrasses lannionaises ont pu se remplir à nouveau. Difficile de trouver une table libre, certains étaient même prêts à faire la queue pour s'offrir leur première verre de 2021. Comme tous les bars de la ville, le Bistronome a affiché complet toute la soirée.

Maxime Michel, barman, ne s'attendait pas à voir autant de monde. «On ne pensait pas que les places allaient être si chères», s'étonne le jeune de 24 ans. Une reprise «rythmée» pour l'employé de ce bistrot, vite revenu à ses habitudes :  «On reprend rapidement les automatismes». Un retour des terrasses qui s'est déroulée dans le calme. «Quand on voit ce qu'il s'est passé à Rennes, on peut être contents que ça se soit bien déroulé ici», observe le serveur.

«Les gens étaient de bonne humeur»

Si l'employé du Bistronome n'a pas eu un seul moment de répit jusqu'à la fermeture, à 21 heures, le barman se réjouit d'avoir pu reprendre le service, après de nombreux mois en chômage partiel. «Ça fait du bien de bosser, avoue-t-il. En plus les gens étaient de bonne humeur, c'était super !».

«J'étais pressé de reprendre le service»

Depuis octobre 2020, le Lannionnais n'avait pas pu poursuivre son activité. «J'ai aidé de temps en temps au Bistronome», explique-t-il. Même si le bar a mis en place de la vente à emporter, Maxime était jusque-là en chômage partiel. «J'étais pressé de reprendre le service après tant d'attente».

Selon Maxime, cette forte affluence devrait continuer jusqu'à ce week-end : «Le jeudi est synonyme de soirée étudiante, donc on s'attend à beaucoup de monde». «La semaine prochaine devrait être plus tranquille», nuance-t-il. Bilan de ce premier jour réussi pour le Bistronome et son serveur, qui ont réalisé un chiffre cinq fois plus important qu'à l'accoutumée. Echangeant avec les employés des bars voisins,  Maxime et ses confrères s'accordent pour dire que cette reprise «festive» fait «du bien au moral», à celui des clients comme des serveurs.

 

 

 

Depuis la semaine dernière, les compagnies maritimes ont repris la direction des Sept îles et les touristes ont répondu présent pendant ce week-end de l'Ascension. La saison semble bien lancée pour le tourisme maritime trégorrois. 

« Ce week-end, tous nos départs affichaient complet » , se réjouit Sandrine Chandemerle, responsable commerciale d’Armor Navigation. Suite à l'annonce de la suppression des restrictions de déplacement, les compagnies maritimes, à l'image d'Armor Navigation, ont tout de suite été sollicitées par les touristes : «On a eu beaucoup de réservations dès le premier jour».  Même son de cloche pour Laurence Delmont, propriétaire du voilier Saint C'hireg, avoue que les vacanciers ont été «très réactifs».

Depuis février, plus aucun bateau ne se rendait sur l'archipel costarmoricain. Pourtant, ces derniers étaient autorisés à naviguer. Pour justifier cet arrêt d'activité Sandrine Chandemerle évoque un choix économique : «On n'arrivait pas à remplir nos vedettes».Pour les propriétaires du Saint Guirec, la sécurité sanitaire était primordiale. «Sur le bateau, nous n'avions pas de restrictions de nombre, explique Laurence Delmont. Mais ça ne nous paraissait pas prudent de continuer». 

 

«Les gens ont besoin de prendre l'air»

«On a clairement loupé le départ», se désole Emmanuel Guern, mari de Laurence Delmont. Le couple espère rattraper les semaines perdues, et compte sur une forte présence des vacanciers cet été : «On sait qu'il y a une affluence croissante des touristes en Bretagne, nuance-t-il On le sent déjà depuis la semaine dernière». «Les gens ont besoin de prendre l'air après cette période difficile», poursuit sa compagne.

Avec la difficulté de voyager à l'étranger, Armor Navigation s'attend à  une belle saison estivale. «Les Français vont beaucoup voyager en France, estime Sandrine Chandemerle. Et on sait que la Côté de Granit Rose attire beaucoup de monde». Selon la responsable commerciale, le contexte sanitaire va permettre aux touristes de «découvrir davantage [leur] pays ». Si «l'avant-saison est à oublier», les compagnies ont enfin levé l'ancre en ce mois de mai, qui annonce un bel été.

Mathis Boronat.

Return to Top ▲Return to Top ▲